Retour

Chefs volants

Chefs volants

Tous les amateurs de Fooding connaissent René Redzepi, le chef danois du Noma, élu plusieurs fois meilleur restaurant du monde. Se sentant sans doute à l’étroit dans sa cuisine, le voilà qui se met à voyager engendrant de-ci, de-là, des restaurants « pop-up » où les listes d’attentes sont autant à la hauteur de ses prix que de sa réputation.

Après avoir installé son Noma au Japon en 2015, cette année, c’est en Australie qu’il a atterri. Des parenthèses gastronomiques qui, à chaque fois, lui permettent d’imaginer de nouveaux menus inspirés par des productions locales. Une cuisine « d’ici et maintenant » qui met en bouche le paysage du moment. Après les chefs en résidence qui occupent temporairement les cuisines des autres, voici donc les chefs volants qui, eux, déplacent carrément leurs cuisines. C’est peu dire que notre époque privilégie ceux qui ne restent pas en place et choisissent d’outrepasser les frontières des lieux qui leur sont accordés.

Bien plus qu’un nième coup marketing, cette approche est d’abord une manière de remettre l’homme et ses aspirations au centre de ses décisions. Un signe de liberté plutôt favorablement regardé aujourd’hui. Cette cuisine de l’ici et de l’instant est aussi le reflet d’une prise de conscience de la part de chefs désireux de prouver que leur travail dépasse le seul stade de leur satisfaction personnelle, pour potentiellement entraîner toute une économie locale, animée par des petits producteurs aussi indépendants et passionnés qu’eux. La figure du chef citoyen éco-responsable est en route. La démarche est également symptomatique d’une nouvelle approche de la créativité, qui consiste à s’inspirer et à se laisser conduire par l’environnement dans lequel on se situe, tout en tentant d’y porter un regard nouveau. Une approche en rupture avec l’idéologie de la « world-food » consistant à reproduire partout les mêmes recettes, indépendamment de toute prise en compte culturelle ou géographique.

Cette envie des chefs d’aller voir ailleurs n’est-elle pas, au fond, une métaphore de ce que doit être aujourd’hui la créativité marketing pour toutes les marques ? Quitter leur territoire historique, renouveler leurs sources d’inspiration et privilégier le local.

So What ?

Se transporter sur un autre marché que le sien est toujours un bon exercice pour une marque : que reste-t-il alors  de sa personnalité ?

Contactez-nous

Vous aimerez aussi