Retour

Culture bière

Culture bière

A Paris, dans le quartier de Pigalle s’est récemment ouvert un bar à bières baptisé Le Bar Fondamental (preuve de la volonté de ses propriétaires de proposer un « concept »…), dont l’offre pourrait bien inspirer de nombreux commerces. Le Bar Fondamental se veut artisanal, ludique et participatif. L’ambition est annoncée.

Avec sa végétation au plafond et ses fûts en guise de support au zinc, ce lieu intègre quatre types d’activités. Un bar, bien sûr, proposant des bières « historiques », des bières artisanales éphémères et même une bière « surprise ». Mais également une micro-brasserie dans laquelle cette dernière est confectionnée et qui, chaque mardi soir et samedi après-midi, sert de cadre à des ateliers conçus pour initier les clients du lieu à l’art de la brasserie. L’occasion pour ses participants de repartir avec leurs quinze litres homemade. Pendant que les uns sont en train de consommer de la bière, d’autres en fabriquent juste à coté. Une cave à bières offrant une grande variété de bouteilles et de canettes à l’achat vient, enfin, judicieusement compléter l’offre. Habituellement, lorsqu’un bar ouvre, la convivialité est sa seule préoccupation car elle doit assurer sa réputation et donc son succès. En y ajoutant un espace de vente et un espace pédagogique lui permettant de mettre en scène son savoir-faire, Le Bar Fondamental change de catégorie et affiche une nouvelle ambition : être perçu comme un système.

La convivialité du bar se met ainsi au service du partage et de la diffusion d’une culture qui viendra ensuite alimenter et soutenir l’envie d’acheter. Ce n’est plus seulement l’idée de passer un moment agréable dans un lieu qui prime, mais de ressentir une forme d’appartenance à une communauté. Voilà qui pourrait concerner de nombreux commerces encore trop bloqués sur la seule promesse transactionnelle alors que leurs clients sont en attente de culture et de reconnaissance. Pas tant d’une reconnaissance en tant qu’individu comme l’affirment tous les prophètes de la data qui rêvent d’échanges hyper personnalisés, mais d’une reconnaissance en tant que membre d’une communauté construite autour d’une passion.

Ce sentiment d’appartenance communautaire n’est à négliger par aucune enseigne car il cumule les avantages : il fidélise, nourrit la curiosité, donne envie de revenir et soutient l’envie d’acheter. La réponse aux difficultés éprouvées actuellement par le commerce du monde réel…

So What ?

Devenir des lieux de consommation, de vente à emporter, de transformation et de pédagogie : tous les commerces alimentaires peuvent avoir cette ambition.

Contactez-nous

Vous aimerez aussi