Retour

Forêt futaie

Forêt futaie

Nous avons longtemps été sous l’influence de la mer. Voici venu le temps de la forêt. Un nouvel imaginaire est en voie d’apparition comme le confirme le succès en librairie de l’ouvrage allemand « La vie secrète des arbres ». Un best seller mondial, vendu à plus d’un million d’exemplaires, écrit par un garde champêtre qui nous invite à partager le bonheur de la fréquentation des forêts et vient nous révéler, entre autres, que les arbres communiquent entre eux (le wood wide web).

On sentait bien le vent venir, entre le style bûcheron (barbe et chemise à carreaux) comme panoplie hipster, le lancer de hache en tête du tableau des « sports » qui font le buzz, les expéditions viriles en forêt, histoire de renouer avec ses instincts premiers, l’envie de manger raw ou de cuire au feu de bois… Sans oublier toutes les huiles cosmétiques à base de pin de l’île de Ré et même une eau de parfum sobrement baptisée L’arbre. La forêt a longtemps été druide (façon moyen-âge) ou baba-cool (version ZAD nantaise), elle est désormais hype. Voilà qui devrait rassurer Woodkid sur son futur…

La presse féminine, toujours grande dévoreuse de tendances, évoquait même la possibilité d’une « sylvothérapie » forcément feel good et bienveillante. Enlacer les arbres pour profiter de leur connexion avec le ciel (un tree hug) ne peut pas faire de mal. Les Japonais sont bien adeptes des « bains de forêt », censés ioniser le corps et stimuler le métabolisme. Conséquence de cette balade : la forêt déboule dans la déco, entre rondins à tout faire, papiers peints couleur argent bouleau et bougie senteur bois. Les motifs jungle et végétaux n’ont plus qu’à aller s’installer ailleurs.

La coupe (en bois) est pleine ! Mais de quoi cette « forêtmania » est-elle donc le signe ? Envie d’un ailleurs de proximité, à la fois connu et légèrement effrayant. Le prix du frisson moderne. Façon de se reconnecter à une nature grand format et au temps long dans un monde où tout va très vite… Dans les contes, on ressort toujours transformé de la forêt. Dans quel état serons-nous l’année prochaine ?

So What ?

Quand on parle forêt, la bûche n’est jamais loin. Le billetdulundi vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et vous dit au 8 janvier !

Contactez-nous

Vous aimerez aussi