Retour

La vie en bol

La vie en bol

Réinventer la cuisine, c’est parfois réinventer la relation à la cuisine. Manger dans une assiette peut sembler à certains trop banal. La finger-foood a eu son heure de gloire, la cuisine en mugs n’a fait que traverser les pages des magazines féminins. Pourquoi ne pas se laisser tenter aujourd’hui par le bol ? Ce récipient creux longtemps associé au petit-déjeuner ou à la soupe semble être devenu LE truc du moment. Il domine Instagram (rice bowl, burrito bowl…), suscite des collections de livres de recettes et vient même donner vie à de nouveaux concepts de restauration comme les Bars à salade ou, plus récemment, Les bols de Jean (un ancien de Top chef) : une enseigne qui ne sert ses plats que dans des bols en pain… Contenus et contenants sont ainsi simultanément avalés…

A la différence de l’assiette, le bol ne se la joue pas grand train. Il ne se présente pas vêtu de fine porcelaine dorée et peinte à la main. Il revendique ses origines modestes. Massif, solide, rustique, voire rugueux, le bol vient de la campagne. Il est aussi synonyme de régression. La part d’enfance chocolatée ou «nesquikée » qui reste associée aux souvenirs du petit déjeuner avant que les mugs et autres gobelets à couvercles imaginés par Starbucks et consorts n’occupent le terrain des habitudes. Le bol est mélange, désordre, chaos, non hiérarchie quand les assiettes veillent à ce que chaque ingrédient en présence ait une place sans avoir à se compromettre physiquement.

Dans une assiette, tout est lisible et bien souvent théâtralisé. Dans le bol, tout est sans dessus-dessous et appelle à l’exploration. Le bol c’est encore l’Asie et son exotisme de proximité. Nouveaux rites, nouveaux gestes. Un mélange de saveurs pour de nouvelles expériences. Le bol, c’est enfin, autant un lieu de préparation qu’un lieu de dégustation. On y fait ses petits mélanges, ses dosages de sauce et d’ingrédients soi-même avant de déguster le tout. Chacun son bol, chacun son plat. Un espace de liberté individuelle. Le bol c’est l’anti-partage. Un bol à partager, ça porte d’ailleurs un autre nom : un saladier…

Authentique, rassurant, transgressif, individualiste, innovant, le bol ne nous raconte-t-il pas, à sa manière, la façon dont notre société évolue ?

So What ?

Un pied dans le connu pour se rassurer, un autre dans la transgression pour se donner le sentiment d’exister plus fortement, la règle à suivre par toutes les marques d’aujourd’hui…

Contactez-nous

Vous aimerez aussi