Retour

Marche, partage, économise

Marche, partage, économise

Il y a peu, pour rappeler l’existence de son nouveau service de voitures partagées, UberPool, destiné à ses plus jeunes clients, la compagnie de VTC avait imaginé une campagne de pub centrée sur trois injonctions : « Marche, partage, économise ». Marche, tout d’abord : pour rejoindre le point de ralliement des différents clients de ta course en Uber, certes, mais aussi pour rejoindre les magasins et restaurants du monde réel car il n’y a pas qu’Internet dans la vie. Marcher, c’est faire un effort pour obtenir quelque chose et peut être même se faire plaisir. Un message qu’il est toujours utile d’entendre. Partage, ensuite. Partage ce dont tu ne te sers pas ou plus. Partage aussi ton espace de travail, ta voiture, ton appartement. Ou encore, tes expériences, tes sentiments, tes souvenirs sur les réseaux sociaux. L’idéologie de notre nouvelle société n’est-elle pas fondée sur le partage ? Malheur à celui qui ne partage pas. Economise, enfin. Entre les soldes privées, privilège ou exceptionnelles, les outlets, les « bons plans », le vintage et autres réseaux plus ou moins confidentiels permettant d’accéder à ce quoi tout le monde n’a pas accès, c’est peu dire que l’art et la manière d’économiser se déclinent à l’infini. Qui pourrait se dire insensible à cette promesse et que peut encore vouloir dire un prix « normal » ?

Faire un effort, partager et acheter moins cher décrivent ainsi les nouveaux comportements attendus chez les marques et les enseignes par les consommateurs. Faire un effort peut, par exemple, signifier cuisiner (un peu) par soi-même, faire (un peu) de sport ou (un peu) attention à ce que l’on mange ou encore parcourir quelques mètres plutôt que d’attendre chez soi une livraison. Partager peut devenir synonyme de plus d’altruisme, d’empathie, de moindre gaspillage ou de plus de circulation au cours de la vie d’un produit. Economiser n’est pas toujours à entendre comme vouloir gagner de l’argent, mais peut aussi signifier mieux utiliser ce que l’on achète ou être plus à l’écoute des saisons pour donner du sens à ses achats.

Que nous dit, finalement, UberPool ? Que dans le nouveau modèle de consommation, il n’y a plus, d’un côté, celles qui offrent (les marques) et de l’autre, ceux qui demandent (les consommateurs). Chacun doit faire un pas vers l’autre. Les économies sont à ce prix.

So What ?

Demander à ses consommateurs de faire quelque chose par eux-mêmes et d’apprendre à partager : un nouveau challenge pour les marques. Et de quoi justifier des prix plus accessibles...

Contactez-nous

Vous aimerez aussi