Retour

Patience et humilité

Patience et humilité

Début février se tenait à Paris le Salon de l’apprentissage. Gros succès. Parmi les métiers qui séduisent le plus en ce moment : la pâtisserie et la maroquinerie. Comment être surpris ? L’attirance pour le premier doit beaucoup à la télé-culinarité et à ses chefs beaux gosses. Celle pour le second vient plutôt refléter une envie d’intervenir dans le champ de la mode, sans pour autant devoir en maîtriser tous les difficiles savoirs. Réaliser des accessoires semble à la fois plus accessible, plus amusant et plus rapidement valorisant.

On peut aussi lire dans la presse que la céramique, longtemps considérée comme une activité gentiment baba-ringarde, rencontre aujourd’hui les faveurs des people et de nombreuses femmes (les hommes y sont encore rares…), qui trouvent là plus qu’un moyen de s’exprimer : un contact avec le réel. Le nouveau Graal et le signe d’un des malaises de notre époque… Presque une thérapie. Sur Instagram, le hashtag #ceramique fédérerait ainsi plus de 4 millions de photos. Réaliser des tasses et des plats pour se réaliser, qui l’eût cru ?

Le point commun de tous ces nouveaux centres d’intérêt est d’être envisagés comme des activités susceptibles d’assurer un revenu (fût-il complémentaire) autant qu’un épanouissement personnel. Une compensation symbolique, un nécessaire rééquilibrage face au développement des réseaux sociaux, de leurs relations virtuelles et de leurs fake news. Faire quelque chose de ses mains, c’est aussi retrouver le plaisir oublié de la transformation. C’est se réapproprier un morceau du monde face à l’uniformisation rampante. Une ode à la différence où chaque réalisation porte son propre caractère. Et une manière de répondre à la question obsédante de la traçabilité. C’est enfin éprouver un nouveau rapport au temps. Le temps de l’apprentissage et de la patience pour progresser. Le temps de séchage et de cuisson pour obtenir le résultat escompté. Le temps de l’histoire, aussi, qui donne le sentiment de renouer avec la tradition, les gestes et les savoir-faire d’hier.

Quant aux plus portés sur les explications psychologisantes, ils ne pourront s’empêcher de lire le succès de ces pratiques comme l’expression d’un désir de vérité : impossible en effet, ici, de tricher, de faire « comme si » tout était bien car la moindre erreur, le mauvais dosage ou le manque de précision finiront toujours par se voir. Patience et humilité sont de retour.

So What ?

Conséquence de ces envies de faire par soi-même, la curiosité pour les savoir-faire et les processus de fabrication des marques ne va cesser de croître. Comme autant de nouvelles opportunités de communication…

Contactez-nous

Vous aimerez aussi