Retour

Pikaching

Pikaching

Un mot tout de même sur les Pokémons avant que l’automne ne sonne l’ouverture de la vraie chasse et de la prochaine lubie. On a sans doute déjà tout entendu sur la question des Pokémons. Incitation à aller vers l’autre et à sortir de chez soi. Un bon point. Fusion du réel et du virtuel. Toujours un peu magique. Mais aussi légèreté, ludicité et régression, bien sûr. De la nostalgie pour ceux qui n’ont pas encore trente ans, c’est bien la preuve que le futur ne leur semble pas très rassurant. Les médias ont moins volontiers évoqué les initiatives des enseignes, toutes désireuses de profiter de l’aubaine Pokémon pour attirer les consommateurs chez elles…

L’agence du Crédit agricole d’Orléans, située à deux pas d’un Pokéstop, une arène virtuelle où les joueurs peuvent récupérer des objets tout aussi virtuels, utiles à leur progression dans le jeu, a transformé son hall d’accueil en lieu de rendez-vous pour les chasseurs de Pokémons : boissons, bonbons, goodies, wifi gratuit étaient mis à la disposition des « dresseurs » ainsi incités à entrer dans l’agence. Des contacts se sont naturellement noués avec les conseillers, dont certains sont, eux aussi, « accros » au jeu, rapportait dans la presse le responsable de l’enseigne. Il n’y a pas que les Pokémons qui se font attraper dans cette histoire. Les prospects aussi.

A Paris, boulevard Saint-Michel, Monoprix proposait des kits à destination des dresseurs. Sur présentation de l’application, les joueurs pouvaient repartir avec une barre énergétique et de l’eau vitaminée pour recharger les batteries, une crème solaire, un après-soleil et un brumisateur pour vaincre la chaleur parisienne, des pansements pour les ampoules de pieds ainsi qu’une batterie externe pour smartphone, l’application étant très energivore. Un véritable arsenal. Et gratuit… C’est peu dire que l’enseigne fut rapidement débordée…

Deux initiatives qui viennent illustrer que les enseignes ont bien compris qu’un des avantages des nouvelles technologies est de leur permettre de créer du flux chez elles. Pas seulement de connaître plus finement les habitudes de leurs clients. Elles leur offrent aussi une bien belle opportunité pour séduire les jeunes générations qui fréquentent plus volontiers le virtuel que le réel lorsqu’il s’agit d’aller acheter quelque chose. La réactivité à la nouveauté est désormais un gage de modernité pour une enseigne. Une nouvelle vertu marketing. De quoi  secouer un peu les habitudes et rebattre les cartes Chance du Monopoly marketing. Pas si mal.

So What ?

Pour faire preuve de proximité, une enseigne peut multiplier les gestes vis-à-vis de ses clients. Elle peut aussi leur prouver qu’elle sait jouer avec l’actualité...

Contactez-nous

Vous aimerez aussi