Retour

Pause coloriage

Pause coloriage

Outre le succès rencontré par les livres de cuisine, le monde de l’édition est aujourd’hui boosté par celui des albums de coloriage pour adultes. La mention « pour adultes » prend ici une couleur un peu inattendue. Il s’agit d’albums destinés à ceux qui n’ont plus cinq ans afin de leur faire oublier leurs petits soucis le temps d’un griffonnage. Trop de stress, trop d’occupations dans les esprits, trop de réseaux sociaux et d’informations, pour ne pas sortir de ses gonds, on sort ses crayons. Le message est clair et en dit assez sur notre époque.

Le phénomène serait mondial et se compterait en milliers d’exemplaires. « Vivre, c’est colorier » titrait cet été un magazine féminin qui en profitait pour interroger quelques experts dûment sélectionnés sur ce qui porte désormais le nom de « phénomène ». Les uns venaient nous assurer que remplir le blanc « fait du bien », « apaise et vide la tête ». Mieux, le coloriage, à la manière des mandalas et des mantras à répétition, permettrait d’accéder à un stade hautement méditatif dans une société tournée vers l’individualisme. D’autres y voyaient une pratique DIY proche du massage, également très à la mode… Conséquence ? Le Dieu du marketing ne pouvait pas laisser passer le mouvement sans vouloir en croquer un morceau.

Le Coq Sportif a ainsi sorti l’an dernier des sneakers à colorier en partenariat avec la marque Crayola. Et, pour Noël prochain, on annonce une bouteille Suze collector à colorier selon trois couleurs de son choix. Rapprocher le monde des marques de celui du coloriage peut être une manière pour les premières de renforcer leur relation avec leurs acheteurs. Par l’attention qu’elles leur demandent comme par la possibilité qu’elles leur offrent d’exprimer leur propre créativité, loin des habituelles possibilités offertes par les nouvelles technologies. Colorier un produit ou pack, c’est se l’approprier.

N’est-ce pas aussi, paradoxalement, une manière de prendre de la distance avec le monde marchand en oubliant un instant, les formes, les couleurs et les logos des produits pour se focaliser sur son dessin à soi ? Elle est peut-être bien là, la vertu essentielle du coloriage : permettre à chacun de se construire son petit monde. Un peu comme les marques, finalement.

So What ?

Offrir à ses consommateurs la possibilité de colorier tout ou partie du packaging d’un de ses produits est une manière simple et régressive pour les marques de proposer de la personnalisation… bien loin des prouesses permises par les nouvelles  technologies

Contactez-nous

Vous aimerez aussi